Huitième pays le plus vaste au monde, l’Argentine s’étire sur plus de 2,77 millions de kilomètres carrés et est bordée par la cordillère des Andes à l’ouest et l’océan Atlantique à l’est. La majorité des vignobles se situe sur le flan est de la cordillère. Le climat est continental, la saison de croissance de la vigne est sèche et chaude avec une amplitude thermique d’environ 20°C entre le jour et la nuit. Les précipitations sont faibles, en moyenne 200 mm par an, l’irrigation est essentielle. La vigne est menacée chaque année par des orages de grêle, une faible partie du vignoble est protégée par de coûteux filets.

Développée à des fins religieuses, la tradition viticole argentine date du milieu du XVIème siècle sous la domination espagnole. Dans un premier temps, les cépages importés sont hispaniques, puis les vagues d’immigration européenne au cours du XIXème siècle ont diversifié le paysage avec des cépages français et italiens. L’industrie viticole de Mendoza s’est énormément développée dès 1885 grâce à l’inauguration du chemin de fer reliant Mendoza à la capitale Buenos Aires. Cette expansion a continué au cours du XXème siècle. A la fin des années 1970, il y a plus de 350 000 hectares de vignes. A cette époque la consommation locale atteint son pic avec 90 litres par an par personne. Les producteurs se concentrent donc sur cette demande locale, la quantité prime et la qualité est médiocre. Toutefois, les années 1980 voient l’essoufflement de ce modèle, la consommation locale diminue au profit de nouveaux produits comme la bière et les sodas, par conséquent 36% du vignoble est arraché. Les années 1990 marquent le renouveau du secteur : des consultants étrangers s’installent, des technologies modernes sont importées et la qualité des vins s’améliore permettant de développer les exportations. Aujourd’hui, le vignoble argentin est la septième plus grande superficie mondiale avec 225 000 hectares. L’encépagement est principalement rouge, à hauteur de 65% contre 35% de cépages blancs. Les principales variétés rouges sont le malbec, le bonarda, le cabernet sauvignon et la syrah ; les cépages blancs sont majoritairement le pedro Jimenez, le torrontés et le chardonnay.

Le cépage emblématique argentin est le malbec, également appelé côt. Originaire de France, ce cépage fut durant de nombreuses années dominant avec 50 000 hectares dans les années 1970. Puis, il est délaissé au profit de variétés internationales (atteignant moins de 10 000 hectares dans les années 1990). Aujourd’hui, le malbec, adapté aux terroirs argentins, gagne en popularité et permet aux acteurs locaux de se différencier sur le marché international. Les 28 000 hectares sont cultivés sur l’ensemble des régions viticoles avec une concentration autour de Mendoza. Les vins produits sont généralement opulents, assez épicés et de couleur intense.

Le torrontés est le second cépage typique et quasi exclusif du pays. Cousin du muscat d’Alexandrie, il est présent sur près de 8 500 hectares principalement dans le nord. Ce cépage se caractérise par des arômes de fruits tropicaux et est souvent comparé au gewurztraminer. Les vins sont généralement très aromatiques et secs, bien que la production de vins doux se développe.

DSC05875

Les principales régions viticoles se situent donc à l’ouest du pays sur les contreforts de la cordillère des Andes. Près de 2 400 km séparent les vignes septentrionales des vignes méridionales. Au nord, on trouve les terroirs d’altitude dont la célèbre région de Cafayate. Les 4 000 hectares de vignes prennent racine sur des terroirs entre 1 700 mètres et 2 800 mètres. Cette zone est particulièrement reconnue pour la production de torrontés. Les vignes les plus hautes du monde se trouvent dans cette région ; ce sont celles de la Bodega Colomé située à 3 111 mètres. Puis, on trouve la région viticole de Cuyo dans les provinces de la Rioja, de San Juan et de Mendoza. Plus de 80% des vignobles sont concentrés dans cette région, notamment dans la province de Mendoza. Avec un climat sec, une altitude variant de 500 à 1 500 m et une multitude de sols, Cuyo possède une grande diversité de cépages. Au sud, les régions de Neuquén et du Río Negro au nord de la Patagonie totalisent moins de 4 500 hectares. Ici, le climat est plus frais, venteux, l’altitude est basse avec une moyenne de 400m, les vins sont élégants.

Depuis 1987, la classification des vins se fait par « Denominación de Origen Controlada (D.O.C.) » ou dénomination d’origine contrôlée ; le première D.O.C. est Malbec de Lujan de Cuyo. Cette classification permet de garantir l’origine géographique du vin et le cépage.