Nous découvrons les collines de Judée sous une pluie torrentielle, l’un des seuls jours de pluie de l’année…quelle chance !

Lin Gold, vinificatrice du domaine Ella Valley Vineyards , a elle aussi étudié en Australie, car selon elle, on y trouve un climat et des sols similaires. Il s’agit une fois encore d’un domaine casher. Tous nous expliquent en effet qu’en Israël, il faut faire du vin casher pour vendre, surtout à un certain niveau de production.

Ella Valley Winery

Ella Valley Winery

Aujourd’hui, le fait d’être casher n’affecte en rien la qualité du vin. L’important, c’est le terroir. Lin travaille chaque parcelle individuellement avant l’assemblage, afin d’identifier les caractéristiques de chacune. Toutefois elle nous explique que la mise en valeur du terroir, de la vigne, n’est pas évident en Israël compte tenu du fait que les investissements sont très lourds : la terre est très chère, il faut irriguer… Il est nécessaire aussi de donner les bonnes instructions aux Kibboutz en charge des vignes, ce que nous explique Elad Katz, du domaine du Castel : le Kibboutz s’occupe de la vigne selon les instructions du domaine. Selon Eran Pick, du domaine Tzora (l’un des premiers avec Domaine du Castel à avoir planté sur les collines) « Comment faire du vin de classe internationale dans un climat chaud ? Il faut garder le gout du terroir ».

Même les gros producteurs tels que Barkan font une leçon sur la notion de « terroir » dans leur film publicitaire destiné aux touristes, se définissant selon la vidéo comme « la réunion de tous les éléments influant sur la vignes… ».

Notre visite du pays se terminera par la visite Jérusalem, dont l’intensité et l’atmosphère nous transportent.

Jérusalem

Jérusalem – Mur des lamentations