La Turquie nous surprend de plus en plus. Nous partons pour notre dernière destination viticole de Turquie qui est la Thrace, entre Çanakkale et Istanbul. Un projet de « route des vins » est en cours dans cette région, qui s’intitulera plutôt « route des vignes » pour rester légal. En effet, le tourisme viticole étant interdit, il faut trouver des parades !

Nous rencontrons Asli Bayhan, oenologue du domaine Vinero qui n’a pas encore connu de millésime après 11 ans d’expérimentations. Depuis 2002, les investisseurs ont parcouru toute la Turquie en analysant les sols pour trouver les meilleures conditions pour leurs vins. Il s’agit d’un projet pharamineux, où tout est à contruire. La patience est manifestement une qualité indispensable pour ce métier.

Mais le plus grand bonheur de cette passionnée qui a étudié 4 ans à Bordeaux est de travailler avec Michel Rolland et son équipe, qu’elle admire beaucoup. Elle nous fait part d’ailleurs de son mécontentement quant à la mauvaise image de Michel Rolland, notamment à la suite du film Mondo Vino.

Nos visites se poursuivent chez Suvla, jolie winery qui a pour stratégie de travailler sur l’image de marque. En effet, en Turquie, la qualité d’un vin s’apprécie au regard de celui qui l’a produit et non en fonction de sa provenance. Les turcs sont conscients de l’image de leurs vins à l’étranger, et surtout en France. Et c’est véritablement dommage.

Suvla, Çanakkale - Turquie

Nous clôturons nos visites chez Ergenekon. Ce dernier s’est mis à faire du vin en Thrace après avoir goûté un vin de chez Serafin. Cet autodidacte a pour philosophie de se faire plaisir, d’être fier de ses efforts en étant content de ses vins. Et il peut l’être !

Il nous surprend avec un « Bona Dea » magnifique, dont les bouteilles sont fermées par un bouchon particulier en verre, qui permet d’attirer le regard des consommateurs en captant la lumière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La discussion autour du bouchon l’amène à évoquer la tendance des sommeliers des restaurants turcs à être largement récompensés en fonction nombres de certaines bouteilles ouvertes, ce qui fausse nécessairement leur conseil… Nous l’avons nous même expérimenté au restaurant : il n’existe pas toujours de carte des vins, c’est sur conseil du sommelier !

Nous finissons notre périple par la splendide Istanbul, ville magnifique aux couleurs resplendissantes, offrant une mixité culturelle sans pareille, et qui résume nombreuses des qualité de la Turquie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA