Nous quittons Nika en route et arrivons à Telavi, capitale de la région de Kakhétie. Nous ne trouvons pas notre auberge et demandons notre chemin à la police. Nous sommes alors escortées avec sirènes et gyrophares jusque chez notre hôte, légèrement inquiet par cette arrivée peu discrète !

Notre route croise celle de Olaf Malver, propriétaire du domaine Danieli, que l’on rencontre chez son partenaire, le domaine Chateau Mere. Olaf, danois qui a passé 25 ans en Californie, nous explique sa conception du vin et du respect du terroir. Il n’existe pas de bon vin selon lui sans bonnes vignes, et il nous indique que ses parcelles se situent à Argoghri, signifiant « pas de grêle », ce qui semble être un bon spot !

Ce danois passionné, venu s’installer en Géorgie par amour, a appelé son vin Danieli, il s’agit de son nom de baptême lui permettant d’épouser sa femme géorgienne. Le logo rassemble d’ailleurs les drapeaux géorgien et danois, deux nations qui se mélangent très bien selon lui !

Danieli

Nous échangeons toute la journée nos histoires, points de vue et anecdotes et déjeunons en famille à Chateau Mere avec sa femme Eka et leurs deux enfants. Le moment est magique, l’endroit indéfinissable et les conversations interminables. Nous les quittons avec émotion mais en sachant que nous allons les revoir le lendemain à Tbilissi afin de déguster leurs vins.

Chateau MereOlaf nous a expliqué que la Géorgie possède trois sortes de production de vin : celle des paysans, qui font leur vin pour leur consommation personnelle, celle des « usines » et enfin les vins de terroir qui émergent depuis peu.

Nous visitons alors Georgian Wine and Spirits (GWS) afin de comprendre comment gérer une ancienne « usine » aujourd’hui. GWS était une usine à vin soviétique produisant 333 000 hectolitres, dont la plupart était acheminés directement en Russie par un train circulant dans toute la région de Kakhéti. Les kilomètres carrés de cuves en béton témoignent d’un passé très présent.

Lorsque la Géorgie est devenue indépendante, l’usine ne possédait pas de vignes et a été acquise par un particulier. Au début des années 2000, elle a été rachetée par Pernod Ricard  qui a réalisé le développement de GWS, notamment en achetant des terres. Elle appartient aujourd’hui à un groupe d’investisseurs, dont l’ambition est de satisfaire le marché géorgien, qui aime les vins sucrés, ainsi que le marché international dont les goûts sont différents. Le passage de l’usine à une domaine qualitatif s’effectue lentement mais sûrement !

Nous rencontrons la majorité de ces acteurs du devenir viticole de la Géorgie lors de la fête des vendanges au Château Mukhrani, où il existait une ancienne usine russe produisant du crémant avant de devenir à partir de 2002 un domaine de référence en Géorgie.

Tous ces nouveaux producteurs de vin ont conscience du potentiel du terroir géorgien et souhaitent sortir de cette image de vin de masse pour produire des vins de qualité.

Cette très belle fête des vendanges du château Mukhrani se conclut par la rencontre inopinée avec Can Ortabaş, qui gère le domaine Urla en Turquie et que nous avions contacté pour le rencontrer deux semaines plus tard ! Nous faisons donc connaissance en Géorgie, et planifions dès lors notre prochaine étape, la Turquie !