Vol Belgrade-Moscou-Erevan – Nous volons avec la compagnie russe Aeroflot, et apprenons par la voix-off de l’hôtesse que la consommation d’alcool est strictement interdite à bord… Nous découvrirons par la suite que cette interdiction fait écho aux problèmes liés à la consommation de (nombreuses) bouteilles de vodka achetées en duty-free et consommées en vol ! Après certains dérapages, la sécurité des passagers a pris le pas sur les festivités russes…

Arrivées à Erevan en Arménie, nous n’avons aucune idée de ce que à quoi ressemble le pays.

Arrivée en Arménie

Nous découvrons un vaste désert et des villes de briques roses, des klaxons, des queues de poissons et des routes jonchées de nids de poules. L’influence soviétique est très présente pour ce pays qui n’est indépendant que depuis une vingtaine d’années. Nous savons que la production de vin y est très faible comparée à celle de ce que l’on appelle « Cognac » en russe, ou « Brandy » dans les autres langues… Mais nous savons aussi que l’Arménie a une histoire très ancienne avec le vin et nous comptons découvrir cette viticulture du passé et de l’avenir.

Notre première destination est le domaine arménien-argentin Tierras de Armenia, dans la plaine de l’Ararat.

Il nous faut un peu de temps pour lever la tête de la route (afin d’éviter les nids de poules) et apercevoir avec splendeur et stupeur ce mont gigantesque, effrayant et magnifique qu’est l’Ararat. Sa présence est si imposante que notre regard peine à s’en détacher. Nous ne pouvons que comprendre toutes les légendes autour de cet Ararat (situé en Turquie et non en Arménie), que lorsque que l’on se retrouve face lui.

Ararat 1

Au delà de toutes les légendes qu’il rassemble (Noé et son arche notamment), ce mont semble être un rappel constant et inévitable de ce qu’a traversé ce petit pays, entre guerres, conflits et invasions.

Et il est encore très présent lorsque nous arrivons à Tierras de Armenia, domaine situé près du villade de Baghramyan. Nous découvrons ici un vaste système très bien rodé permettant la production du vin. A cause des conditions climatiques, les vignes sont irriguées l’été par goutte à goutte. Puis elles sont enterrées l’hiver pour survivre au froid… un travail très technique pour plus de 600 hectares de vignes.

Le vin produit s’appelle « Karas », qui signifie les amphores utilisées depuis des millénaires pour la fermentation et la conservation du vin en Arménie.

Selon le musée d’histoire de l’Arménie à Erevan, la forme des Karas, dont les contours sont ceux du corps humain (la bouche, le cou et le ventre), représente la femme et sa fertilité afin d’en obtenir le meilleur vin…

Karas

Nous retrouvons ces Karas lors de notre visite de l’une des plus vieilles caves du monde…. Nous ne pouvons certifier qu’il s’agit de la plus ancienne, compte-tenu de notre prochaine destination qui est la Géorgie et qui se proclame elle aussi berceau viticole !

Mais la question est trop tentante… êtes-vous vraiment les premiers ?! La réponse consiste souvent à dire qu’à l’époque, Arménie et Géorgie ne formaient qu’un seul et même pays. Nous conclurons donc que le berceau du vin était sans aucun doute la Transcaucasie…